[JdD] – Pause

Émilie • 23 décembre 2011

Voici un an que je commençais ce petit journal de dressage au sujet de Kelso.

“…l’animal, qui n’a aucunement besoin pour goûter le bien-être attaché à son existence, d’avoir des fers sous les pieds, un mors dans la bouche, la selle sur le corps, et de plus un homme souvent très incommode par le balancement irrégulier de son corps et de ses jambes, et une infinité de choses qu’il exige mal à-propos.”

Mottin de la Balme.

Je fais donc une petite pause maternité avant de reprendre cette recherche. Kelso se repose, déferré, et va au pré tous les jours. Approchant des 14 ans, j’espère pouvoir d’ici quelques semaines reprendre notre chemin sans trop de difficultés.

Petite remarque tout de même au sujet de la dernière vidéo autour du ballon.
Les méthodes d’éthologie dont je me suis inspirées (de manière simpliste et non aboutie) sont un moyen rapide et efficace de manipuler un cheval. J’ai manipulé Kelso dans le seul but de lui faire comprendre et d’obtenir ce que souhaitais afin d’accéder à mes rêves. Tout d’abord pour le rendre « sociable » (monter dans un van facilement, ne plus tirer au renard, ne plus réagir dangereusement…) puis pour utiliser un mode de communication apparemment doux et naturel pour me faire comprendre. Kelso répondant à une logique comportementale correspondant à son espèce, finit par répondre à ces codes en cherchant puis trouvant une solution. Il est devenu ma chose.
Sur la vidéo précédente, suite à une discussion avec la blogueuse de www.nel-and-co.blogspot.com, je réalise que Kelso accepte effectivement à la fin d’être touché par le ballon mais non pas parce qu’il n’en a plus peur, mais bien parce qu’il a compris ce que je voulais de lui : laisse-toi toucher par ce ballon. Cela lui a t-il donné plus de courage à aller voir le prochain objet qui lui fera peur, à vaincre ses craintes de cheval particulièrement émotif ? Pas sûr. Ces codes le rassurent et lui permettent d’avoir la solution dans un contexte relationnel humain/cheval.
Mon objectif n’est pas atteint, il accepte de supporter l’objet en ma présence mais n’ira pas le voir s’il est dans son pré et continuera de fuir toute nouveauté effrayante.
Les notions discutables de l’utilisation de renforcement négaltif, ou positif, ou un mélange des deux restent en débat et surtout à étudier et à expérimenter. Je serai intéressée de le mettre dans un troupeau et d’observer son comportement au sein d’un groupe,  le meilleur moyen de le faire redevenir cheval et non binôme avec un bipède.

L'association Connivence

Cette association (loi 1901 à but non lucratif) à vu le jour en 2009, créée par Emilie Haillot dans le but de promouvoir, sous la forme de stages et conférences, la complémentarité de 4 approches autour du cheval : la connaissance du cheval physique ( biomécanique, énergétique…) , la connaissance du cheval psychique (éthologie, horsemanship…) , la gestion physique et énergétique du cavalier, la technique du dressage du cheval selon les préceptes classiques.

Vous appréciez ce site ?
Partagez-le sur vos réseaux !
Merci !

La newsletter

© 2022 Connivence.org • Émilie Haillot • Contact

Cookie(s) refusé(s) Changer • Politique de confidentialité

Design - développement : nicleg