journal de dressage – des bases

Les terrains sont bons et nous en profitons depuis la fonte des neiges.
Mercredi dernier, une excellente séance dans le manège fut gâchée par ma gourmandise.
Kelso, concentré et calme, dansait rebondissant dans une lenteur féline que l’âge et la maturité ne fait que bonifier. Je lui demande alors, dans notre progression sur les changements de pied au temps de répéter ce qu’il connait jusqu’à passer un gauche/droite et un droite/gauche à chaque main. De plus, le travail en extérieur lui a redonné de l’amplitude et le mouvement du changement est plus ample et plus engagé. J’aurais pu m’arrêter là, mais cette étape étant quasi-confirmée, je pensais pouvoir obtenir plus comme la semaine dernière et ce fut mon erreur. Kelso ne pu faire un autre changement au temps, répétant systématiquement les deux temps, je perdais peut-être ainsi le mois de précaution et de patience qui venait de s’écouler.

Je décide donc aujourd’hui de vérifier en extérieur l’état de son moral et de sa locomotion, après avoir tester par massage les zones douloureuse ou tendues, puis de finir en carrière, sur des bases. Recherche d’un contact constant et léger sur les deux rênes, droit, cadence lente et régulière, transitions fluides, aux trois allures.
“…on ne cherchera qu’un contact doux, moelleux et constant avec la bouche.”
(Heuschmann)
“C’est le cheval qui, par l’impulsion et l’engagement des postérieurs, doit venir chercher le contact.”
(Oliveira)
Kelso est calme mais plus par fatigue que par sérénité, le redoux et les écarts de température n’aidant pas. La séance se termine sans poil mouillé (il n’est toujours pas tondu), il ira au pré l’après-midi.

Laisser un commentaire