De l’extension d’encolure au rassembler

L’extension d’encolure prête à confusion.
Voici ce qu’en dit Pierre Pradier (dans Cheval Pratique/N°250) qui en a étudié longuement l’utilisation : « …il ne s’agit pour moi que d’un assouplissement parmi tant d’autres. (…) L’extension est le premier assouplissement, dès que le cheval est à l’aise dans les trois allures : elle permet d’obtenir d’obtenir la tension de la ligne du dessus et la fidélité à la main. (…) Quant à mettre le cheval sur les épaules : c’est justement le but recherché ! Le facteur opérant est ce déséquilibre (…) De plus, le déséquilibre est maîtrisé par le cavalier : l’extension d’encolure n’est opérante que si le cheval conserve sa cadence. Plus le dressage du cheval avance, plus l’extension d’encolure devient un assouplissement comme un autre. Tout assouplissement de deux pistes prend sur l’impulsion et sur la tension (…). Elle seule permet de trouver impulsion et tension. J’ai donc toujours insisté là-dessus. »

Merci à Pierre Pradier pour ses commentaires et à Julie Lavergne pour sa démonstration.
Sur cette vidéo, deux chevaux de sport montés par Julie Lavergne, cavalière professionnelle. Julie travail quotidiennement avec Pierre Pradier depuis 3 ans, pour le dressage et la valorisation du cheval de compétition (complet, obstacle, dressage) des chevaux de propriétaires, cavaliers de compétition, et éleveurs, elle est entre autre spécialisée dans la rééducation des chevaux abîmés et rendus rétifs par un travail inadapté et compressif. L’aide quotidienne du docteur lui fournit une expérience précieuse pour appliquer les bons exercices au bon moment et affiner ainsi sa connaissance du travail de la locomotion du cheval qu’il soit destiné à une carrière d’obstacle ou de dressage.

Selius, le premier bai brun est un allemand/polonais destiné à une carrière de dressage, il mesure 1m78 et est très massif. Ballyboy, le second bai-brun est un cheval allemand destiné à une carrière d’obstacle, les deux chevaux exécutent le même travail avant de se « spécialiser » en fin de séance.

Laisser un commentaire