[JdD] – paramètres

40 minutes de marche côte à côte dans la fôret, j’observe le balancier de Kelso qui marque son irrégularité habituelle au pas, accentuée en descente et dès qu’il a peur et bloque le dos.
Au manège, rênes longues au trot : irrégulier par intermittence, puis progressivement, par l’extension d’encolure, une fois qu’il est droit, dans l’impulsion, il devient félin élastique et ample, parfaitement régulier.
Pendant ces périodes de fragilité au niveau des cervicales C6/C7, la névralgie brachiale gauche est susceptible de se déclencher à tout moment, l’appréhension du cheval qui se sait moins à l’aise n’arrange rien, et l’ensemble du diagonal gauche se raidit (postérieur droit/dos/antérieur gauche).
Je ne peux rien prévoir, ni compétition ni spectacle, ni promettre à des visiteurs que je pourrais leur montrer un cheval brillant et rassembler. Avec Kelso, c’est au jour le jour, comme si chaque fois que je le montais cela pouvait être la dernière fois. L’animal est dur en affaires : vivre dans le présent, et ne rien pardonner, juste ou boiteux, il faut choisir.
Décontracté, droit, égal sur les deux rênes, bonne impulsion, encolure grandie vers l’avant sont les paramètres indispensables à sa régularité, un seul manque “et tout est dépeuplé”. Il est le maître de la sagesse, celui avec qui on ne peut tricher.
Un autre critère primordial : le cavalier. Voici 8 ans que cette exclusivité a établi ses lois de la compensation : inconsciemment, je fais en sorte qu’il ne boîte pas; je compense ses irrégularités, peut-être lui les miennes.
Pour preuve, il y a moins d’un an,  je sentais depuis quelques mois le fragile équilibre mais nous faisions avec et Kelso ne boitait pas, j’évitais bien sûr tout ce qui pouvait provoquer une irrégularité : travail en liberté, à la longe, mouvements de deux piste, reculer, rassembler. Nous travaillions donc droit, horizontal, le galop et les changements de pied. Je le prêtais à la fin d’une bonne séance à un cavalier de confiance, travaillant dans la même recherche, pour qu’il puisse se faire quelques sensations. Kelso ne laissa faire et obéit aux demandes mais le système de compensation était brisé et en moins d’un tour le cheval était complètement boiteux. Je le remontais immédiatement pour le « récupérer » mais j’étais comme sur un inconnu, il ne pouvait plus faire un pas devant l’autre et je dû me contenter de 2 mois de promenade au pas avant de pouvoir espérer trotter à nouveau. Exclusif jusqu’au bout.

Laisser un commentaire