[JdD] – Longe (vidéo)

La vérité recherchée est toujours au delà de tout système coercitif et contraignant…” Pradier

Je ne me suis que rarement servi du travail à la longe avec Kelso malgré les bienfaits que l’on peut en retirer, mon vieux cheval Voy a été un très bon cheval de longe et pour soulager son dos, c’est aujourd’hui notre principale source « d’assouplissements du troisième âge ». Mais Kelso s’y abîmait, toujours emporté par sa vitesse, son manque d’équilibre naturel et de calme, la moindre pression même invisible finissait de le mettre en orbite effrayé par son propre galop, on en voit d’ailleurs une vague réminiscence sur la vidéo. J’y suis revenue de temps en temps suivant la méthode de Jean-Louis Sauvat mais seulement lorsqu’il ne risque pas de boiter. Le principe est simple, toujours alterner cercle et ligne droite, tout l’intérêt du cercle étant dans le redressement. La répétition du cercle au nom de l’assouplissement, épuise les jarrets, le dos, tétanise les muscles, induit un déséquilibre non contrôlé, pire lorsqu’on ajoute la précipitation au nom de la divine impulsion et l’enrênement au nom de la bonne attitude…

“Le cheval ne doit pas être maintenu longtemps sur le cercle, mais au contraire être redressé sur la piste du grand côté, pour y reprendre la marche directe, être à nouveau engagé sur un second cercle, le décrire une ou deux fois, être redressé, et ainsi de suite…” Decarpentry
« Si donc nous voulons atteindre le but véritable du dressage, si nous voulons porter à la perfection les dons naturels de nos chevaux, et non pas les affaiblir, ne nous servons d’instruments inertes, pour obtenir un placer artificiel… » Steinbrecht
« Tous les dispositifs inertes et rênes fixes, que l’on attache ou que l’on boucle, et dont l’effet, par conséquent, est dépourvu de nuances nuisent toujours plus qu’ils ne servent… » Steinbrecht
« Les objets utilisés pour restreindre les mouvements et/ou le comportement des chevaux ne manquent pas. Je les considère tous comme de bonnes excuses pour de mauvaises mains et comme un manque de connaissance. » Padirac

Je ne longe pas Kelso de la même façon que Voy, qui lui vient se tendre sur sa longe et connaît tous les codes de la chambrière. Pour Kelso et ce que j’attends de cet échauffement, bosal et grande longe suffisent. Je donne une importance toute particulière à l’observation de son balancier dans les différentes allures demandées, son confort locomoteur se situe encolure basse, bout du nez légèrement vers l’avant, si je lui bloquais l’encolure avec un enrênement quelconque je perdrais tout l’intérêt de l’exercice, qui est d’obtenir sa décontraction dans une cadence stable, et dans un équilibre qu’il tient seul.

Sur cette vidéo :

Kelso en ce moment n’est pas au mieux de sa forme. Les 10 premières minutes au pas (grand cercle/ligne droite) il se traîne lentement sans activité ni engagement ni impulsion, il se déjuge… mais je le laisse faire. Puis les 10 minutes suivantes, je lui demande de marcher plus activement, en passant sur de plus petites voltes, puis lignes droites, toujours dans l’impulsion, l’encolure s’abaisse, le dos se met à fonctionner, il se méjuge.
Le premier trot sur de grands cercles et lignes droites n’est pas bon non plus, mais je ne le pousse surtout pas, Kelso est facile à « perdre », s’il est calme, même en sous-cadence et sans impulsion, je conserve néanmoins ce rythme pour qu’il s’échauffe doucement, puis en lui demandant de descendre la tête et en raccourcissant les cercles, il se mets à engager d’avantage et monte le dos. A main droite, le trot est irrégulier, presque boiteux sur certaines foulées, je lui demande le galop qui implique moins le mouvement douloureux, le galop à droite est aussi ramoli et parfois à 4 temps, mais il reste calme et alterne cercles et lignes droites en s’équilibrant tout seul. A main gauche, il se fait peur et les allures en sont immédiatement modifiées. Je dois tout reprendre à 0 pour retrouver du calme, du rebond et de la lenteur. Auparavant, il se serait pas redescendu en pression.
Pour finir, quelques foulées de piaffer en bout de longe pour vérifier que le dos a été bien étiré, et qu’il reste décontracté malgré un air rassembler à tendance excitante.

Flux RSS des commentaires

4 commentaires

pour “[JdD] – Longe (vidéo)”

  1. Adrien :

    Article intéressant. Les citations sur les enrênements me font penser à ces deux phrases :
    “Dans aucun domaine la perversion de l’esprit du cavalier n’apparait avec plus d’évidence que dans celui des enrênements.”
    par Sobène Olstef De l’équitation la méthode et ses principes

    Et celle ci : « Les enrênements ne sont utiles qu’à ceux qui peuvent s’en passer”.Général Durand

  2. Zaude :

    Une belle séance de longe bien menée de bout en bout!
    merci à ton cameraman (woman) pour les détails de cette séance!
    On voit bien l’effet apaisant de la descente d’encolure à l’arrêt!

    Quels sont tes codes pour demander le piaffer à pied? je vois que tu commences par demander un ‘pas compté’ puis un reculé puis… magie ça piaffe! Tu oscilles juste entre les 2 demandes et le laisse trouver son piaffé ou alors c’est quand tu le trouves équilibré comme il faut que tu lui demandes le piaffé?

  3. Emilie :

    Hello,
    pour le piaffer à pied, cela découle du travail classique qui était au départ d’alterner reculer/pas/arrêt/reculer/départ au trot au travail à pied… mais comme Kelso est hyper-réactif, pas besoin de stick pour l’activer, la main ou un léger claquement de langue suffit. Avec lui, le piaffer était plutôt naturel, j’ai surtout passé beaucoup de temps à lui apprendre à garde le pas sans trottiner tout le temps, le plus difficile étant d’arrêter le piaffer, d’activer le bouton stop. Aujourd’hui, si j’active et que je « retiens » (la longe qui se lève ici suffit, ou la main seul si c’est en liberté), il comprend, se met en boule et piaffe. Proposer, laissez faire, c’est lui qui se met dans l’équilibre nécessaire au mouvement, il sait mieux que moi. “Agir soi-même le moins possible et laisser le plus possible le cheval agir de lui-même, parce que d’instinct, il sait mieux que son cavalier obéir aux lois de l’équilibre.” Beudant

  4. zaude :

    Merci pour le rab d’explication ;)

Laisser un commentaire