[Journal de Dressage] – Bout du nez vers l’avant (vidéo)

Fini le manège, son espace confiné et les petites allures, l’immense nouvelle carrière est terminée. J’y lâche alors le blanc animal en avant, libre de son encolure bien qu’une orientation discrète lui indique « encolure plutôt basse, bout du nez vers l’avant ». Au maximum de son amplitude actuelle, courant un peu, Kelso par la propulsion se libère le dos et ne marque plus d’irrégularité. Éloigner le bout du nez de son corps, éviter l’écrasement de l’encolure sur elle-même, comme pour la rendre plus longue, pour ne pas bloquer le dos, pour ne pas figer les reins et désengager les postérieurs par une main trop neutralisante du balancier. Pour la première fois sur ce cheval en perpétuelle perte d’équilibre je peux l’enrober des jambes et l’inciter à avancer dans une liberté contrôlée sans qu’il ne m’embarque ou court à sa perte.

Je poursuis par un peu de rassembler. Mais je ne peux par faire une séance complète (extension d’encolure dans une cadence lente, exercices d’assouplissement dans une attitude académique, préparation des mouvements rassemblés…) qui serait trop longue, il est déjà épuisé.

Jambes qui manquent de fixité et assiette trop en arrière, épaules qui se remontent, pas centrée, je dois me reprendre ainsi que la lecture de Sally Swift !
(La vidéo est un miroir ingrat du cavalier qui s’imagine mais ne se voit pas)

Flux RSS des commentaires

3 commentaires

pour “[Journal de Dressage] – Bout du nez vers l’avant (vidéo)”

  1. zaude :

    Vidéo très intéressante, j’aime beaucoup la suspension que prend kelso vers 1′!

    Dans les attitudes en extension :
    - il y a celle que tu travailles sur cette vidéo (on annule juste la courbure inférieure de l’encolure), avec beaucoup de mouvement en avant, qui est celle que t’a préconisé Gerd Heuschmann si je ne m’abuse
    - et celle le nez par terre, dans une cadence plus lente, plus « à la Pradier »

    Est ce que tu pourrais nous donner une sorte d’analyse comparée des 2 attitudes, qu’est ce que vise en particulier chaque attitude, comment tu choisis de travailler un jour l’une plutôt que l’autre?

    Merci!
    Zaude

  2. Emilie :

    Gerd Heuschmann semblait proposer la mise en avant (sans courir) encolure libre afin de débloquer le long dorsal, expliquant que l’activation des muscles propulseurs de l’arrière-main, agissait directement sur ce muscles grâce aux fascias qui les relient et à toutes les structures interdépendantes. Le cheval commence à onduler et à étirer dans la décontraction ce muscle, condition indispensable à un juste contact dans une juste impulsion. Je sais qu’il préconise cela aux chevaux qui ont beaucoup de rebond mais se retiennent, aux chevaux boiteux du dos comme Kelso, mais je n’aurais pas pu le demander à ce cheval avant car il n’avait pas de cadence et cette activité le paniquait, il courrait par fuite et je n’avait pas « de prise » (jambe, assiette…) sur lui. Mais je ne connais pas très bien encore la méthode d’Heuschmann si l’on peut employer ce mot.  » L’extension d’encolure » paroxystique préconisée par Pierre Pradier est un étirement extrême qui a beaucoup de bénéfices au niveau locomoteur (cf article http://www.connivence.org/journal-de-dressage/journal-de-dressage-etirement-vers-le-bas-539).Je n’ai pas assez de recul sur l’attitude de la vidéo jointe mais elle libère vraiment Kelso et réduit de façon systématique sa boiterie.

  3. Frédéric :

    Bonjour,
    J’aime beaucoup ce que vous présentez : passer d’une attitude étendue à une attitude rassemblée avec fluidité. On voit également que le cheval se sent bien, qu’il n’est pas contraint : ses gestes sont coulants et réguliers, les oreilles en avant dans une concentration sans tension. Merci.

Laisser un commentaire