journal de dressage – échauffement (video)

Échauffement et mise en route – liberté
J’utilise souvent la liberté comme détente pour pouvoir l’observer et juger de ses allures, de son état psychique et physique. Kelso sait que l’on commence par marcher au pas calmement à la piste aux deux mains pendant vingt minutes, il vient effectivement de passer une vingtaine d’heures au box et bien qu’il soit allé au pré hier, il a besoin de mettre son système locomoteur progressivement en route. Vingt minutes de pas libre ou rênes longues sont le minimum pour lui quel que soit le type de séance prévue après,  afin que les articulations souffrant d’arthrose, se lubrifient, que les muscles et tendons se préparent sans contraintes. Il apprend par la même occasion à se prendre en charge aux trois allures en utilisant librement son balancier, en trouvant une cadence et en se rééquilibrant sans le secours de la main.

Sur cette vidéo:

Dommage, nous sommes obligés de rester au manège malgré les beaux paysages blancs et le soleil. J’en profite pour ne pas lui mettre le filet et le laisser s’échauffer tout seul, le regarder marcher au pas sans le pousser, je regarde le mouvement de son encolure libre, le port de queue , la légère irrégularité de l’embrassée de l’antérieur gauche à main droite, sa façon de tomber encore légèrement sur l’épaule droite aux deux mains après des années pour essayer de le rendre plus droit. Je lui demande de s’arrêter, de prendre le trot, de faire des transitions et des changements de direction. Je le soulage ainsi de mon poids, je permets au dos de se mettre en place tout seul, dès qu’il se relâche, que l’encolure descend et qu’il mâchouille, je l’encourage de la voix et lui dit qu’il est merveilleux. J’apprécie son calme, sa cadence qu’il arrive à retrouver même après le premier galop, ce qui est rare. Le galop a une forte tendance à lui faire perdre calme et cadence, je ne lui demande d’ailleurs que très rarement en liberté, c’est en général lui qui en prend l’initiative. Il n’a que trop tendance à s’emporter. On peut s’en apercevoir lorsqu’il part de lui même à main droite, on le voit ralentir (à l’intonation de la voix) puis repasser au trot mais il n’a plus la cadence lente du début, il court un peu. Enfin il est chaud, je vais pouvoir commencer les assouplissements puis voir si je peux de nouveau arriver au changement de pied au temps réussi en début de semaine. C’est le mot de la fin, le changement de pied fut enregistré, en fin de séance.

Flux RSS des commentaires

Un commentaire

pour “journal de dressage – échauffement (video)”

  1. Nathalie Frantchi :

    Merci beaucoup de partager dans les nuances le travail que vous accomplissez tous les deux.
    C’est vraiment très enrichissant.
    Et ça me donne moins l’impression de passer pour une extra-terrestre quand je prends le temps, quand j’en ai la possibilité, de lâcher mon cheval avant le travail, juste pour qu’il puisse apaiser d’éventuelles tensions en se roulant et en bougeant librement pour ensuite enchaîner sur longe (en extension progressive d’encolure puis relèvement de celle-ci une fois le cheval délié dans ses allures) et travail à pied, le tout après une dizaine de minutes de pas. Car j’ai constamment l’impression d’être en décalage quand je travaille mon cheval au moment où un prof vient donner cours à une autre cavalière et qu’il n’arrête pas de lui asséner que 5minutes de pas, ça suffit amplement et que la détente ne doit pas durer 20minutes. Pour le mien, cela dure plus de 20minutes, et dans son cas à lui, je n’ai vraiment pas l’impression que ce soit superflu.

Laisser un commentaire