[JdD] – diodon holocanthus

Kelso avait grand besoin de prendre l’air, les sols étaient parfaits, meubles et souples pour partir en trotting et se lâcher un peu. Slalomant au gré de ses peurs, difficile de le garder cadencé et lent, le petit cheval fin et délicat semble a changé de volume, il se gonfle comme un diodon holocanthus et devient particulièrement dense. L’art devient sport, et ma condition physique encore légère à du mal à suivre.

La tension mentale engendrée par les retrouvailles avec cet environnement potentiellement dangereux donne de bonnes indications sur les limites et faiblesses du cheval. Les muscles contractés de façon asymétrique accentuent les défauts de base : le mouvement du balancier de l’encolure rênes longues est irrégulier et l’appui sur la main en extension d’encolure également. L’objectif avec Pierre Pradier est de lui faire retrouver un appui égal et une foulée symétrique au pas comme au trot, une véritable kinésithérapie par assouplissement pour redresser la musculature d’un dos qui compense des raideurs naturelles et acquises. Le cheval ne va pas travailler dans cet esprit  tout seul, une équitation dosée sur une gymnastique appropriée et réfléchie va lui permettre de garder souplesse et jeunesse biomécanique ! Car s’il s’améliore chaque jour en souplesse, rebond, cadence, amplitude, facilité d’exécution des airs contraignants, c’est que la gymnastique est un gage de longévité.
J’apprécie la simplicité des aides pour passer du trot allongé au passage, merci à Jean-Louis Sauvat pour ces années d’enseignement qui nous ont permis d’accéder à quelques instants magiques d’art équestre.

Flux RSS des commentaires

Un commentaire

pour “[JdD] – diodon holocanthus”

  1. caroline :

    Très beau texte et ohhh comme j’y adhère au principe de la gymnastique raisonnée !!!

Laisser un commentaire