Spirit (vidéo)

Spirit

Raphaël et Azzarro

 

« Un cheval d’obstacle est d’abord limité par l’état actuel de son rassembler » Pierre Pradier (mécanique équestre et obstacle).

Azzarro alias « Spirit »,  poney de sport entier de 8 ans (tournant en épreuves CSO 120), est arrivé aux écuries il y a quatre mois. Léger, aérien, avec beaucoup de charisme qu’il s’évertue à mettre au service des autres chevaux de son entourage bien plus qu’au bipède qui le mène. Ce qui nous donne des cercles lents et avec une étonnante force centrifuge d‘un côté, rapides et tombant sur l’épaule intérieure de l’autre, le premier soucis de rectitude est donc psychologique, à cela s’ajoute quelques signes légers d’inflexion naturelle à gauche avec surcharge de l’épaule droite, mais paradoxalement un postérieur droit qu’il préfère écarter, tout en étant « High low » inverse à l’inflexion, pied « high » à droite… Un vrai rubik’s cube !

Au départ, Azzarro présente des mouvements courts et rapides au trot, une grande amplitude au galop produisant un galop de charge avec peu d’équilibre et de cadence,  galop très souvent désuni surtout à droite, des coups de tête, grincements de dents, fuyant le contact, et se tordant facilement dans son encolure. La gymnastique devra progressivement viser à compenser un dos droit puissant mais rigide, une croupe haute avec des jarrets un peu droits entraînant un engagement et une flexion lombo-sacrée difficiles. Quelques axes de travail se dessinent :

- Rechercher la décontraction
« Un retour à l’équilibre, à la cadence et à l’attitude favorables s’impose dès que possible pour créer dans l’harmonie locomotrice cette stabilité génératrice de calme et de décontraction, seule capable d’élaborer cette « musculature adaptée » recherchée. » Pradier

- Ralentir la cadence pour augmenter les amplitudes
« Cette recherche de l’amplitude dans les allures est fondamentale, elle doit rester une préoccupation, constante du cavalier… » Pradier

- Augmenter la fonctionnalité des postérieurs par la recherche d’engagement (courbes, épaules en dedans) d’abord puis de rassembler (transitions, exercices en hanches en dedans, reculers, mobilisations en place)

- Assouplir latéralement pour améliorer l’équilibre et la rectitude

Pour cela, la mise en place d‘une gymnastique à la longe (sans enrênement avec alternance de cercles et lignes droites) et en « extension d’encolure » va nous permettre d’accéder à la tension nécessaire (entre autre) pour aborder le rassembler ultérieurement sans raccourcir les mouvements.

Pour ensuite rechercher la même attitude monté, afin de tonifier la chaîne ventrale (abdos/psoas) et obtenir de la tension, du contact, de l’impulsion.

« La recherche de l’attitude favorable va nécessiter dans tous les cas d’obtenir  un allongement-abaissement de l’encolure, avec ouverture de l’angle tête-encolure (respect de l’harmonie locomotrice) pour permettre au dos de se « tendre » puis de se remonter. » (Pradier)

« Il faut remarquer que c’est à ce moment et par cette recherche que va débuter l’élaboration de la tension, cette disposition particulière du cheval si importante pour la suite du dressage et pour toutes les utilisations ; cette tension naît de l’attitude, des dispositions psychologiques innées de cette attitude (appétence pour le mouvement en avant) et d’une augmentation du tonus musculaire ». (Pradier)

La gymnastique appliquée et le nouveau mode de vie nous ont permis d’éliminer totalement les grincements de dents permanents à la longe comme monté, d’obtenir de l’équilibre et de la cadence au galop et de ne plus avoir de  galop désuni qu’exceptionnellement en cas de désordre à la longe, les déplacements latéraux sont plus faciles, le trot a gagné en amplitude et en rebond, un « Spirit » plus calme, plus souple, plus disponible, c’est un bon début, à suivre.

 

 

Laisser un commentaire